Outils pour utilisateurs

Outils du site

Traductions de cette page:

start

[ECrire l'Histoire de l'Oral] L'émergence d'une oralité et d'une auralité modernes. Mouvements du phonique dans l'image scénique (1950-2000)


ECHO [ANR-13-CULT-0004] Résumé (Bilan de septembre 2018)

Français

REPENSER LE THÉÂTRE COMME LIEU OÙ L’ON ENTEND, METTRE LA VOIX PARLÉE AU CENTRE DE L’ÉTUDE Né du constat selon lequel l’étude du théâtre occidental, pourtant dès ses débuts vocal, sonore et acoustique, n’avait pas échappé à la survalorisation du visuel, ECHO prolongeait un premier projet intitulé « Le son du théâtre (XIXe-XXIe siècles) » en effectuant un triple recentrage : sur la France, sur la seconde moitié du XXe siècle, et sur la voix parlée. Le nouveau projet abordait le théâtre comme un espace organisé par et pour la voix parlée, revenant ainsi à la définition admise par les acousticiens modernes du lieu théâtral (fin XIXe-début XXe) et qui pouvait sembler ne plus convenir : les technologies (du micro au magnétophone) avaient transformé le son du théâtre et surtout le rapport au texte, au verbal, à la langue (ici, la langue française) avait connu des bouleversements majeurs. Faisant l’hypothèse que, dans le domaine vital du langage, bouleversement ne signifiait pas disparition, l’équipe a entrepris d’explorer comment les artistes et techniciens, de l’après Seconde Guerre mondiale à la fin des années 1990, ont renouvelé les conditions et les formes de la parole scénique et de son écoute. Ce faisant ECHO réinscrivait le théâtre, dont le jeu a contribué à structurer la société occidentale, dans la réflexion, aujourd’hui cruciale, sur notre rapport à l’art de pratiquer (d’écouter, lire, mémoriser, parler – chanter) une langue écrite ou travaillée.

English

ECHO was born out of the idea that the study of Western theatre, despite its vocal, sound, and acoustic aspects, was no exception to the overvaluation of the visual. The research prolonged an initial project titled “Theatre Sound (19th - 21st centuries)” with a refocusing on three aspects: on France, on the second half of the 20th century, and on the spoken voice. The ECHO project approached theatre as a space organised by and for the spoken voice, thus returning to the commonly accepted definition by modern acousticians of the theatrical space (end of the 19th - beginning of the 20th), which seemed to be less suitable: technologies (from microphones to tape recorders) had transformed the sound of the theatre; significantly, the relation to the text, to the verbal, to the language (here, the French language) had experienced major transformations. Based on the hypothesis that, in the vital domain of language, transformation does not denote disappearance, the team explored how artists and technicians, from post-World War II to the end of the 1990s, have renewed the conditions and forms of the stage spoken word and its listening. In doing so, ECHO has allowed the reintegration of the theatre, an art which has contributed to structure Western society, within today’s crucial reflections on our relationship to the art of practicing (listening, reading, memorising, vocalising – singing) a written or elaborated language.

Partenaires

THALIM-CNRS, équipe ARIAS (Atelier de recherche sur l'intermédialité et les arts du spectacle)

BnF (Bibliothèque nationale de France), département des Arts du spectacle

LIMSI-CNRS, groupe Audio & Acoustique

Partenaires internationaux

CRIalt, Montréal (Québec, Canada)

Universiteit van Amsterdam (UvA), Theaterwetenschap

(voir également sous la rubrique Liens)

Membres participants

Mots clés

Acoustique ; Audition ; Archives sonores ; Discographie ; Ecoute ; Langue ; Mémoire ; Mnémotechnique ; Oralité ; Radio ; Son ; Sonorisation ; Verbal ; Voix ; Voix parlée ; Voix chantée ; Théâtre National Populaire (Paris) ; Théâtre national de Chaillot (Paris) ; Théâtre de l'Athénée-Louis Jouvet (Paris);


start.txt · Dernière modification: 2018/10/08 16:34 par mmmr